RAMADAN – QUESTIONS 22

Question 22

EN CAS DE NÉCÉSSITÉ, L’INJECTION ANALE PAR POIRE À INJECTION, COMPROMETTRAIT-ELLE LA VALIDITÉ DU JEÛNE ?

Réponse de la Question 22

Il n’y a aucun inconvénient si cela est nécessaire pour le malade, selon le plus authentique de deux avis de savants. Cela était l’avis de l’érudit de l’islam Ibn -Taymiyyah (Radhiya LLahou 3anhou) et beaucoup d’autres savants (elle ne met pas en cause le jeûne), car c’est une opération sans aucun but nutritif.


Et c’est à Allah qu’appartient la guidée.

 

 

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 21

Question 21

Si quelqu’un se trouve dans l’incapacité de jeûner le mois de ramadan pour des raisons de santé et si cette personne décède sans avoir pu récupérer son jeûne, QUELQU’UN D’AUTRE POURRAIT-IL LE FAIRE EN SON NOM OU ACCOMPLIR UN ACTE EXPIATOIRE DE CE JEUNE ?

Réponse de la Question 21

Lorsqu’un musulman meurt d’une maladie qui ne lui avait pas permis d’observer le mois du Ramadan, il n’est juridiquement pas responsable de cette rupture du jeûne et il n’y a aucun rattrapage ou compensation à faire à son nom.

l en est de même pour celui qui meurt pendant son voyage, ou juste après son retour de voyage, car sa mort précoce, constitue une excuse juridique bien fondée (par apport à l’éventuel sursis qu’il attendait pour le rattrapage de son jeûne).

Mais lorsqu’il néglige le rattrapage de son jeuneaprès sa guérison ou son retour du voyage, jusqu’à sa mort, il en deviendra dans ce cas, redevable de par sa négligence de son devoir. Et dans ce cas, il incombera à ses proches de le faire en son nom.

Le Prophète (Salla Lahou aâleyhi wa Sallam) a dit :
« Celui qui est mort, en ayant sur lui, un jeûne obligatoire, il incombe à son tuteur de le faire en son nom ».
Hadith authentique à l’unanimité.

Si son tuteur est incapable de lui rattraper son jeûne, il lui fera une expiation supportée par l’héritage du défunt. un demi Saâ, équivalant à peu près, à un kilo et demi par jour). Ceci est le cas d’une personne âgée, d’un malade incurable, incapables d’observer le jeûne. Il est ainsi pour une femme en état de menstrues ou de lochies, qui par négligence n’avait pas rattrapé son jeûne du Ramadan jusqu’à sa mort.

Et est considéré comme exempté de réparation, celui qui n’avait pas laissé un héritage, pouvant supporter cette compensation.

Allah (Azza wa Jall) a dit :
«Allah n’impose à aucune âme une charge supérieur à sa capacité ».

Sourate .AL Baqara .Verset 286.
Il a dit aussi :
«Craignez Allah donc autant que vous pouvez ».
Sourate. Taghaboune .Verset 16.


Et c’est à Allah qu’appartient la guidée.

 

 

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 20

Question 20

QUEL EST LE JUGEMENT D’UN JEÛNEUR QUI SE SERAIT PERMIS D’AVOIR DES RELATIONS SEXUELLES AVEC SON ÉPOUSE EN CROYANT QUE LE SOLEIL S’EST DÉJÀ COUCHÉ OU QUE L’HEURE D’AL FAJR N’EST PAS ENCORE ARRIVÉE ?

Réponse de la Question 20

La vérité est qu’il doit rattraper ce jour du jeûne, et faire une expiation (semblable à celle) de Zihàr (affranchir un esclave, ou observer deux mois consécutifs de jeûne, ou nourrir soixante pauvres) pour le cas de la relation sexuelle, selon la majorité des savants.

Un jugement relevant du principe de la fermeture des portes d’abus, et de la préservation du jeûne. les hommes et les femmes.

 

 

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 19

Question 19

QUEL EST LE JUGEMENT DE LA RETRAITE SPIRITUELLE (AL-IÎTIKAF) POUR L’HOMME OU LA FEMME ? Quand commence-t-elle ? Quand doit-elle finir ?

Réponse de la Question 19

Le retrait spirituel (al iîtikaf) est une Sunnah pour les hommes et les femmes.

Il a été rapporté du prophète (Salla LLahou Aâleyhi wa Sallam) qu’il faisait du retrait spirituel pendant le mois du Ramadan. Il a été aussi précisé que son retrait était dans les dix derniers jours (de Ramadan). Certaines de ses femmes entraient avec lui (pendant son vivant) et le faisaient aussi après sa mort (Salla LLahou Aâleyhi wa Sallam).

Ce retrait spirituel doit avoir lieu dans la mosquée où la prière en groupe est observée (quotidiennement).

Si les jours comprennent un vendredi, ce retrait doit si possible, avoir lieu dans une grande mosquée (où la prière du vendredi est observée ).

Il n’y a pas une date limite pour un retrait spirituel selon le plus authentique des avis de savants et le jeûne n’est pas une condition, même s’il y est considéré comme étant le mieux.

La Sunnah dans le retrait spirituel, c’est de rentrer dans son lieu du retrait dès lors qu’on a pris la décision d’y entrer et d’en sortir lorsque l’on a fini les nombre des jours qu’on avait décidé d’effectuer.
On a aussi le droit de rompre son retrait spirituel lorsqu’une nécessité l’impose, car il est après tout une Sunnah et non une obligation.

Mise à part le serment, on n’est pas tenu de le respecter.

En terme de mérite, il est conseillé de le faire dans les dix derniers jours du Ramadan, conformément au prophète (Salla LLahou Aâleyhi wa Sallam).

Il est conseillé à celui qui veut le faire, de rentrer dans son lieu du retrait , juste après la prière d’Al-Fajir de la vingt et unième journée, conformément au prophète(SAW), et sortir à la fin des dix jours( restants du mois).

Et mise à part le serment, il n’y a aucun inconvénient de le rompre en cas de nécessité. Il est aussi préférable d’avoir si possible, un coin de repos dans son lieu du retrait.

Il est recommandé à la personne en retrait spirituel, de faire beaucoup d’invocations, de lectures du Coran, et de prières dans les moments où elles ne sont interdites. Il n’y a pas d’inconvénient qu’une personne en retrait spirituel soit visitée dans son lieu du retrait par ses amis(ou sa famille), et ait des conversations avec eux. Certaines femmes du prophète(SAW) lui rendaient visite et causaient avec lui pendant son retrait spirituel dans sa mosquée . Il a même accompagné son épouse Safiyah(RAA) jusqu’à la sortie de la mosquée, lorsqu’elle lui a rendu visite.

Ce geste est une preuve de plus, sur la plénitude de son humilité et son bon comportement avec ses épouses. Que la paix et le salut de d’Allah soit sur lui .
Que la paix d’Allah soit sur notre prophète, sur sa famille, sur ses compagnons et sur tous ceux qui les ont suivis avec fidélité.

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 18

Question 18

QUEL EST LE JUGEMENT DE CELUI QUI AURAIT DES RELATIONS SEXUELLES AVEC SON ÉPOUSE DURANT LA JOURNÉE DE JEÛNE ?

Réponse de la Question 18

Un jeûneur qui a eu des relations sexuelles avec sa femme dans la journée du Ramadan, a l’obligation de rattraper son jeûne, de faire une expiation (semblable à celle) de Zihàr et (surtout) faire un sincère repentir pour le péché qu’il a commis.

Lorsqu’il est voyageur ou, il a une maladie ne lui permettant pas de jeûner, il n’encourt rien en ayant une relation sexuelle avec sa femme. Il aura seulement à rattraper le ou les jours dans lesquels, qu’il n’avait pas jeûné. il est permis au malade et au voyageur (qui remplissent les conditions) de ne pas jeûner, d’avoir en conséquence, le droit de manger, d’avoir des relation sexuelles.

Allah (Soubhanahou wa Taâla) a dit :
« Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égale d’autres jours » Sourate. AL BAQARA .Verset 184.
Dans ce cas, une femme est aussi soumise au même jugement qu’un homme.

Lorsqu’il s’agit d’un jeûne obligatoire, elle a le devoir de rattraper son jeûne, de réparer sa faute (et de faire un sincère repentir).
Mais lorsqu’elle a une maladie qui ne lui permet de jeûner, ou elle est en voyage, elle n’aura seulement que rattraper son jeûne sans plus.

 

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

 

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 17

Question 17

EST-CE QUE LA FEMME ENCEINTE OU QUI ALLAITE PEUT-ÊTRE DISPENSÉE DE JEÛNER DURANT RAMADAN ?

Réponse de la Question 17

La femme enceinte et celle qui allaite, ont le même statut qu’une personne malade.

Elles sont autorisées à rompre leur jeune lorsqu’elles éprouvent une difficulté à l’observer.

Mais elles doivent le rattraper lorsqu’elles auront la possibilité de le faire, tel que le cas du malade.
Certains savants sont d’avis (qu’elles n’ont pas à rattraper et) qu’il leur suffit comme compensation, un repas quotidien à un nécessiteux par jour non jeûné.


Mais ceci est un avis moins fiable, (Selon le Cheikh, qu’Allah lui fasse miséricorde).

Le vrai (selon lui), est qu’elles doivent rattraper leur jeûne, comme le cas du malade et du voyageur.
Allah (Azza wa Jall) a dit : « Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours ». Sourate. de ALBaqara .Verset 184.
Ceci a été aussi démonté par le Hadith d’Anass Ibn-Màlik Al-Kàby, que le prophète (Salla LLahou Aleyhi wa Sallam) a dit:
« Allah a certes exempté au voyageur (l’obligation) du jeûne et de la moitié de la prière ainsi qu’à la femme en ceinte et celle qui allaite, (l’obligation) du jeûne » Hadith rapporté par les cinq. (Ahmad, Tirmizy, Nassaiy, Abou-Daoud, Ibn Majah).

Commentaire :
Quant à une femme en ceinte ou qui allaite, il est vrai qu’il y a divergence sur l’obligation ou pas, de attraper son jeûne du Ramadan.

Cependant, il n’y a aucune divergence sur la raison de cette dérogation accordée à cette catégorie de personnes car, elle a été explicitement mentionnée.
Allah (Soubhanahou wa Taâla) a dit dans le verset du jeûne :
« …Allah veut pour vous la facilité, il ne veut pas la difficulté pour vous…)
Sourate .AL Baqara. Verset 185.

En effet, toute divergence contraire à cet objectif juridique ne saurait qu’être seulement, un effort scientifique laissé à l’appréciation de tout un chacun mais, sans lui être imposée.
Enfin, l’on ne pourra pas imposer à une femme qui a dû cumuler deux Ramadans pour sa grossesse et son allaitement, le rattrapage de deux ans de Ramadan. Sinon ce serait une facilité suivie d’une double difficulté, (un cadeau empoisonné), ce qui est tout à fait contraire à la miséricorde divine et au verset ci-dessus.
Quant au Hadith ci-dessus, il ne justifie en aucun cas, l’avis de rattrapage du jeûne pour cette catégorie de personnes. Il est simplement un indicatif de différentes facettes de facilités, octroyées à ces différentes catégories de personnes.
والله أعلم

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 16

Question 16

QUE PENSEZ DU JEÛNE D’UNE FEMME EN ÉTAT DE MENSTRUES OU DE LOCHIES ? Son jeûne serait-il valable si elle reportait sa récupération après ramadan ? Après une année ?

Réponse de la Question 16

Les femmes en état de menstrues ou de lochies ne doivent pas observer ni la prière ni le jeûne pendant leur période d’indisponibilité.

Toute prière ou jeune de leur part pendant cette période est invalide. Cependant, elles auront à rattraper leur jeûne sans pour autant rattraper leurs prières.

Aïcha Radhiya LLahou aânha(L’épouse du prophète Salla Lahou aâleyhi wa Sallam) a été questionnée :
Une femme en menstrues rattrape-t-elle son jeûne et ses prières ?
Et elle a répondu : « On nous demandait de rattraper le jeûne, mais on ne nous demandait pas de rattraper la prière».
Propos authentiques à l’unanimité.

Les savants sont unanimes que les propos d’Aïcha sur le rattrapage du jeûne à l’exception de la prière à l’égard des femmes, est une miséricorde d’Allah (Soubhanahou wa Taâla) et une facilité accordée à ces deux catégories de personnes.

Contrairement au jeune, non répétitif et facile à rattraper, la prière est un acte rituel répétitif (cinq fois par jour) difficile à rattraper.

Celui qui a retardé sans motif valable, son jeune jusqu’à une nouvelle année de jeune, il aura l’obligation de se repentir, de rattraper son jeûne en l’accompagnant en termes de réparation, d’un repas quotidien à une personne dans le besoin.

Il en est de même pour le malade ou le voyageur qui a retardé sans motif valable, le rattrapage de son jeune jusqu’à une nouvelle année de jeûne. Mais lorsque son état de santé ou son voyage perdure jusqu’à une nouvelle période de ramadan, il n’aura en ce cas, qu’un simple rattrapage à faire, lorsqu’il est guéri ou revenu du voyage, sans avoir besoin d’une autre compensation.

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 15

Question 15

SI UNE PERSONNE VENAIT À ROMPRE LE JEÛNE DE RAMADAN, SANS POUR AUTANT CONTESTER SA LÉGITIMITÉ, COMMENT LA JUGERAIT-ON ?

Réponse de la Question 15

Celui qui a rompu son jeûne sans motif valable durant le mois du Ramadan, a certes commis un des plus grands péchés, mais ne devient pas mécréant par son acte, selon le plus authentique des avis de savants.

Il a en effet une obligation de repentance et de rattrapage des jours de jeûne qu’il avait délaissé.

Beaucoup de textes démontrent que le délaissement du jeûne du Ramadan n’est pas une grande mécréante, dès-lors que la personne n’a pas contesté légitimité mais, l’a fait par laxisme et négligence.

S’il retarde ce jeûne jusqu’à un autre mois du Ramadan sans raison légiférée, il aura à le rattraper et donner à chaque jour, en compensation, un repas au nécessiteux comme nous l’avions dit dans la réponse No 17.

Il est ainsi lorsqu’il délaisse la Zakat al mal ou le pèlerinage sans pour autant contester sa légitimité. Sauf que pour la Zakat al mal, il aura le devoir de rattraper le nombre d’années qu’il avait délaissé, accomplir le pèlerinage et faire une sincère repentance à cause de sa négligence et sa tergiversation (de ces fondamentaux de la religion).

L’ensemble des textes justifient la non mécréance de celui qui délaisse ces piliers ou l’un d’eux, sans contestation de leur légitimité. Le hadith de la Zakat al mal qui informe l’accès de celui qui ne donnait pas la Zakat al mal, au paradis ou à l’enfer, après avoir été châtié avec ses propres biens, (justifie que celui-ci n’est pas un vrai mécréant, et que s’il l’était , il ne lui aurait pas été possible d’accéder au paradis après son châtiment car, un vrai mécréant est interdit de paradis) .

 

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 14

Question 14

EST-CE QUE L’UTILISATION DU VAPORISATEUR ORAL POUR ASTHMATIQUE OU AUTRE, SERAIT AUTORISÉE POUR UN JEÛNEUR ?

Réponse de la Question 14

Ce genre de soins est autorisé en cas de nécessite.


Allah(Soubhanahou wa Taâla) a dit:
« Il vous a certes détaillé ce qu’il vous a interdit, à moins que vous ne soyez contraints d’y recourir »Sourate.Les Bestiaux.Verset 119.


Ce soin, étant donné sa nature non semblable aux soins nutritifs, est considéré comme un prélèvement de sang ou une injection non nutritive.

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

RAMADAN – QUESTIONS 13

Question 13

EST-CE QUE LE SAIGNEMENT NASAL OU AUTRES COMPROMETTRAIT LE JEÛNE ? EST-IL PERMIS DE FAIRE UN DON OU DES PRÉLÈVEMENTS DE SANG DURANT LE JEÛNE DU RAMADAN ?

Réponse de la Question 13

Le saignement d’un jeûneur, tel que le saignement du nez, la métrorragie (saignement au-delà des menstrues chez une femme) et autres, ne mettent pas en cause le jeûne.

C’est plutôt les menstrues, les lochies et la Hijàmah qui le mettent en cause.

Il n’y a aucune inconvenance qu’un jeûneur fasse un prélèvement de sang en cas de besoin médical.

Quant au don du sang, compte tenu du principe de précautionil serait préférable que cela ne soit fait qu’après l’heure de la rupture du jeûne car, c’est une opération nécessitant souvent de perdre une importante quantité de sang, ce qui pourrait ressembler à une Hijàmah.


Et c’est à Allah qu’appartient la guidée.

>> Soutenez nos Actions pour Ramandan en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Niger, Togo)

“Celui qui donne de quoi rompre le jeûne à un jeûneur, Aura L’équivalent De Sa Récompense, Sans Que Cela Ne Réduise En Rien De La Récompense Du Jeûneur

Rapporté Par Tirmidhy.

Faire un don général

Your Donation
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.

Total du don : 15,00€ Ponctuel

L'Association En Quelques Chiffres

+100

Villages bénéficiaires de Puits et Forages

+300

Mosquées réalisées au Burkina et dans les pays limitrophes

+100

Complexes scolaires créés pour l'éducation des enfants.

Nos Partenaires

Newsletter

Recevez les dernières nouvelles et mise à jour

Avez-vous des questions?
Appelez-nous ou visitez-nous.

+33 7 58 57 73 84
9 Rue Claude Monet, 95140 Garges-lès-Gonesse

contact@plateforme-alhouda.org

© 2021 – Plateforme-alhouda. Tous les droits sont réservés.

Soigneusement conçu par Intelligent Concepts